[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Votre chaleur, pour lui, tombe en vous séparant

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Votre chaleur, pour lui, tombe en vous séparant


"Allez, vous devriez mourir de pure honte,
Une telle action ne saurait s'excuser,
Et tout homme d'honneur s'en doit scandaliser.
Je vous vois accabler un homme de caresses,
Et témoigner, pour lui, les dernières tendresses;
De protestations, d'offres, et de serments,
Vous chargez la fureur de vos embrassements:
Et quand je vous demande après, quel est cet homme,
À peine pouvez-vous dire comme il se nomme,
Votre chaleur, pour lui, tombe en vous séparant,
Et vous me le traitez, à moi, d'indifférent."
Le Misanthrope, I, 1, v. 14-24.

L'amitié qu'Alceste refuse d'accorder à Philinte, dont il a observé le comportement à l'égard de ses autres amis, correspond, selon la typologie élaborée dans la Clélie, à l'amitié "de jugement" :

De grâce, dit alors Clélie [...], souffrez que je parle de la seule amitié dont je puis parler avec plaisir, et avec expérience, si je le puis dire sans vanité ; car enfin j'appelle une amitié de jugement, lorsqu'on se donne le temps de connaître la personne que l'on veut aimer, qu'on la choisit spirituelle, bonne et vertueuse, qu'on s'informe qui sont ses amis, qu'on observe quelle est son humeur, et qu'on s'assure le plus qu'on peut s'en assurer, qu'on sera autant aimé qu'on veut aimer. Car sans toutes ces conditions, ce n'est point une amitié de jugement. En effet, ajouta-t-elle, si je vois une femme qui me plaise, et que je lui entende nommer plusieurs personnes qu'elle dira qui sont de ses amies particulières, qu'elle raconte ensuite, qu'elle en a reçu cent offices, qu'elles sont tous les jours ensemble, et qu'après cela elle en raille, et les déchire, serait-ce une amitié de jugement que d'aimer cette personne, quelque aimable qu'elle fût d'ailleurs ? Mais si au contraire je trouve une femme d'esprit, qui défende ardemment ses amis absents, ses amis malheureux, et même ses amis morts, ne puis-je pas dire que j'agirais judicieusement, si je cherche l'amitié d'une personne si généreuse ?
(III, 1, p. 37)

Les critères qui autorisent à parler d'une véritable amitié font l'objet de discussions dans les romans contemporains (voir "moi, votre ami" ?). La question de la sincérité est au coeur de ces définitions (voir "je veux qu'on soit sincère").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs