[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Impressions de bonheur

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Impressions de bonheur


"Il n'est rien de plus agréable, Madame, que toutes les grandes promesses de ces connaissances sublimes [...] faire descendre comme on veut du Ciel sur des métaux des impressions de bonheur."
Les Amants magnifiques, acte III, scène 1.

La croyance dans les talismans avait fait l'objet de la 108e conférence du Bureau d'Adresses (1666):

Car ces Talismans (desquels on fait Zoroastre le premier auteur) ne sont autre chose que des images en relief ou gravées sur des médailles ou anneaux, ordinairement de métal ou de pierres précieuses, en figure d'hommes, ou d'animaux, fabriquées sous de certaines constellations et aspects des astres qui en recueillent l'influence et la conservent, tenant lieu par après de la présence des mêmes astres; voire avec d'autant plus de vertu que la réunion des influences se faisant en ce point, ils en redoublent l'activité comme les miroirs ardents tirent plus de chaleur du Soleil qu'il n'en a peut-être lui-même.
("Des talismans", Recueil général des plus belles questions traitées dans les Conférences du Bureau d'adresses, p. 115-116)

Car c'est une vanité ridicule et sans aucun fondement de s'imaginer un rapport sympathique entre une constellation et une figure d'un animal gravé sur du cuivre ou telle autre matière, laquelle est beaucoup moins propre à recevoir les influences des astres auxquels on assujettit cet animal, que cet animal même, dont la peau remplie de paille serait plus propre à chasser les autres bêtes de même espèce…
(p. 122-123)

Elle est constamment dénoncée par La Mothe le Vayer, notamment dans son le "petit traité" "Des bagues et anneaux" (Petits Traités en forme de lettres, 1647):

Tous ces talismans et gamahés, dont la fausse astrologie fait tant de parade, ne doivent passer que pour des preuves de la vaine superstition de beaucoup d'esprits, qui ne croient jamais rien avec plus d'opiniâtreté que ce qui est le moins croyable par raison.
(éd. des Œuvres de 1756, VI, 1, p. 27)

Dans le Poyandre (1648) de Charles Sorel était aussi représenté un personnage d'astrologue imposteur qui recourt aux talismans (Partie II, p. 61sq).

(voir également "Je guéris par des paroles" et "un enchanteur, qui porte un caractère").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs