[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Voilà qui est admirable

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Voilà qui est admirable


"— Les mêmes paroles toujours se présentent à dire. Il faut toujours s'écrier: «Voilà qui est admirable, il ne se peut rien de plus beau, cela passe tout ce qu'on a jamais vu.»
Les Amants magnifiques, acte III, scène 1.

La justesse dans l'expression de l'admiration est une question centrale de la culture mondaine. Dans ses Entretiens d'Ariste et d'Eugène (1671), Dominique Bouhours déconseille les hyperboles:

Notre langue n'use aussi que fort sobrement des hyperboles, parce que ce sont des figures ennemies de la vérité: en quoi elle tient de notre humeur franche et sincère, qui ne peut souffrir la fausseté et le mensonge.
(p. 51)

(voir aussi "Les louanges qui lui ont été données").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs