Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Voilà le souper


"Voilà le souper. [...] - Allons, mets-toi là, et mange. J'ai affaire de toi quand j'aurai soupé, tu as faim, à ce que je vois. - Je le crois bien, Monsieur, je n'ai point mangé depuis ce matin. Tâtez de cela, voilà qui est le meilleur du monde."
Don Juan ou le Festin de pierre, IV, 7

Le valet de Don Juan se jette affamé sur le repas qu'on apporte dans


(1)

Mais le dîner survient Monsieur, traitons-nous bien,
Pour moi, je me dispose à donner d'importance
Sur un gigot farci qui doit remplir ma panse ;
La sauce est faite à l'ail et de bonne façon,
Et celui qui l'a faite est habile garçon.
Que j'ai bon appétit ! ah, l'objet délectable !
Confessez qu'il fait bon s'embarquer à la table.
Ah, Bacchus ! tu vaux mieux que tes autres parents,
Ces gouverneurs des flots qui nous rendaient mourants,
Alors qu'ils nous donnaient plus d'eau qu'on en peut boire.
Ce ne sont que des sots, et chacun le doit croire.
La douce exhalaison qui vient flatter mon goût !
Là, là, mon nez, tout beau, laissons là ce ragoût.
Mon ventre, un peu de temps ; vous aussi, mes entrailles ;
Quand mon maître aura fait, lors vous ferez ripaille.
Le festin arrive [...]
(V, 1)

(2)

Il demande à souper; après tous les lazzis...
COPIER-COLLER
je me mouche avec la nappe.
[...]
Dans la scène du repas, je vole un chapon sur la table avec un hameçon.
[...]
Quand je suis à table et que je mange...
COPIER-COLLER
alors je mange ce friand morceau.

(3)

D. Giovanni.
Ti senti appetito, né Pass.

Passarino.
A io una fam ch'a crepp.

D. Giovanni.
Presto se gli dia da sedere.

Passarino.
Prest servitori becchi cornudi, da seder.
Gli portano lo scranino.

D. Giovanni.
Se gli diano quei maccaroni.
Gli portano i maccaroni, e dodici ovi, e ogn’ovo che magna gli danno un bicchiere di vino.

Passarino.
Damm' da bever.
(III, 6)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs