Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Voici votre portrait


"Voici votre portrait : il présente à la vue
Cent charmes éclatants dont vous êtes pourvue;
Mais il cache sous eux cent défauts aussi grands,
Et c'est un imposteur enfin que je vous rends.
[...]
- Et moi, pour vous suivre au dessein de tout rendre,
Voilà le diamant que vous m'aviez fait prendre.
[...]
Il est à vous encor ce bracelet."
Dépit amoureux, IV, 3 (v. 1337-1343)

Les pratiques galantes qui consistent pour les amants à s'offrir des présents, et à se les rendre en cas de rupture, sont commentées dans L'Ecole des filles en dialogues (1659) (1) et dans une pièce intitulée "Maximes d'amour" au sein d'un recueil galant de Bussy-Rabutin (1668) (2).


(1)

PARTHENIE :
Vous n’approuveriez donc jamais qu’une fille donnât, ni son portrait, ni des bracelets de cheveux, quelque avancé que puisse être son mariage.

EUDOXIE :
Ces sortes de présents ont donné de si mauvaises heures à quelques filles, et sont tellement capables d’en donner de fâcheuses aux autres, que je ne conseillerais jamais une des mes amies d’hasarder la moindre de ces choses ; et c’est un si étrange embarras à des gens qui sont obligés de se quitter, de se redemander ce qu’ils ont les uns des autres ; que pour moi, si j’étais fille, je pense que la seule chose que je voudrais donner à un homme, ce serait une colique [...].
(Dialogue premier : Parthénie, ou la fille à marier, p. 116-117)

--

(2)

Alors qu'un commerce amoureux
Finit enfin avec rudesse
Si l'amant du temps de ses feux
A fait des dons à sa maîtresse
Il ne doit rien redemander
Ni la maîtresse rien garder.
(Bussy-Rabutin, "Maximes d'amour" dans Carte géographique de la cour et autres galanteries, 1668, p. 24)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs