[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Vain compliment

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Vain compliment


"Hé ! mon Dieu, n'entrons point dans ce vain compliment :
Rien ne me fâche tant que les cérémonies ;
Et si l'on m'en croyait elles seraient bannies.
C'est un maudit usage ; et la plupart des gens
Y perdent sottement les deux tiers de leur temps.
Mettons donc sans façons."
L'Ecole des femmes, III, 4 (v. 847-852)

Ce refus de la civilité apparaissait déjà dans un précédent discours d'Arnolphe ("tous ces compliments sont choses inutiles").

Dans L'Ecole des maris, Sganarelle avait lui aussi, selon les termes de Valère, "l'accueil loup-garou".

Il s'oppose aux pratiques habituelles des bonnes compagnies, comme l'atteste par exemple le début de La Défense de la jalousie de René Bary (1642) :

Clisante et Meriane allèrent un jour chez Melisle […] [I]ls prirent la route d’un bois extrêmement sombre. Comme les délices de ce lieu y attiraient beaucoup de personnes, ils trouvèrent en un de ces boccages une femme de condition, deux filles, et un philosophe. Ce ne furent à l’abord que civilités de part et d’autre, mais après que ces deux compagnies se furent acquittées de tous les compliments que la bienséance demandait, la familiarité qui était entre elles les obligea d’attendre ensemblement l’heure de la promenade.
(p. 13-14)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs