[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Une lune toute entière

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Une lune toute entière


"Que veux-tu dire avec ta demi-lune ? C'était bien une lune toute entière."
Les Précieuses ridicules, sc. XI

Dans ses Historiettes, Tallemant des Réaux fait le récit d'

une naïveté qu'on attribuait au feu marquis de Nesle, gouverneur de la Fère, qui était pourtant un brave homme. C'est que, comme on eût proposé de faire une demi-lune, il dit : "Messieurs, ne faisons rien à demi pour le service du roi; faisons-en une toute entière".
("Le baron de Chaban", éd. A. Adam, Paris, Gallimard, 1961, t. II, p. 101)

Le terme de "demi-lune" fait également partie du vocabulaire érotique, comme en témoignent les deux passages suivants :

  • dans L'Heure du berger (1662), "demi-roman comique" de Claude Le Petit, dans lequel on trouve une description des fortifications de la ville de "Somatte" :
comme la Nature est ingénieuse dans ses desseins et prudente dans ses ouvrages, ayant bien jugé qu'il y avait trop de distance entre ces quatre forts, [...] elle a élevé une demi-lune bien fraisée et palissadée, avec un petit ouvrage à corne vers la partie de la ville qui regarde le Levant.
(éd. de 1862, p. 48)

  • dans le dialogue L'Académie des dames (1680) :

Marius braqua son canon près de la forteresse; et malgré toutes mes résistances et les deux demi-lunes qui couvrent l'entrée...
(réf. précise).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs