[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Une invocation burlesque

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Une invocation burlesque


"[Le] Muphty [...] fait une invocation burlesque, fronçant le sourcil, et ouvrant la bouche, sans dire mot ; puis parlant avec véhémence, tantôt radoucissant sa voix, tantôt la poussant d'un enthousiasme à faire trembler, en se poussant les côtes avec les mains, comme pour faire sortir ses paroles, frappant quelquefois les mains sur l’Alcoran, et tournant les feuillets avec précipitation, et finit enfin en levant les bras, et criant à haute voix hou. Pendant cette invocation, les Turcs assistant chantent. Hou, hou, hou. Inclinant à trois reprises, puis se relèvent de même à trois reprises, en chantant. Hou, hou, hou. Et continuant alternativement pendant toute l’invocation du Muphty"
Le Bourgeois gentilhomme, IV, 5

Dans sa Relation d'un voyage fait au Levant (1665), Jean Thévenot décrit une cérémonie qui présente les mêmes caractéristiques que celle qu'on impose à Monsieur Jourdain :

[Les derviches] vont vêtus presque de même que ceux qui dansent, ayant des bonnets de feutre de même. Ces gens font leurs prières beaucoup plus de fois que ne font les autres Musulmans , mais principalement le mardi et le jeudi sur les dix ou onze heures du soir. Ils s'assemblent tous à la mosquée au cri de celui qui monte au haut de la tour, puis ils se mettent à chanter certains versets de l'Alcoran, lesquels ils répètent plusieurs fois, de sorte qu'ils en ont pour jusqu'au jour, frappant de temps en temps des mains l'une contre l'autre, jouant de certains tambours et autres semblables instruments ; mais sur le milieu après avoir bien chanté de l'Alcoran , ils se lèvent tout droits et se mettent en rond l'un auprès de l'autre ; alors le chef chante fort haut certaines prières et cependant les autres disent répètent continuellement presque sans prendre haleine Allah, qui veut dire "Dieu", faisant à chaque fois une inclination de l'estomac fort profonde de forte que l'effort qu'ils font à prononcer ce mot, qu'ils tirent du fond de l'estomac, sans cesser ni prendre presque haleine, avec ce qu'ils ploient l'estomac si souvent dans ces inclinations, les fait paraître comme des possédez et principalement sur la fin que n'ayant presque plus d'haleine, il y en a un qui touche sur un tambour autant vite qu'il se peut et les autres prononcent ce mot Allah aussi vite et presque autant de fois comme il touche sur le tambour, aussi les voit-on écumer comme des chiens enragés et il y en a à qui le sang vient par la bouche, du grand effort d'estomac qu'ils font ; cela dure près de demi-heure, mais, sur la fin, ils ne disent plus que hou, c'est-à-dire "lui", qui vaut autant que de dire Dieu, parce que la force leur manque pour pouvoir prononcer allah, de sorte qu'à les entendre sur la fin, ils semblent des porcs qui grognent.
(p. 498)

On voit toujours parmi leurs processions de ces fols, qui écument comme des enragés et ayant les yeux fermés prononcent hou et il y a de chaque côté un homme qui les soutient de peur qu'ils ne tombent, et ceux qui peuvent être le plus longtemps en cette extase, car ils croient qu'ils sont alors en extase, sont les plus saints.
(p. 499)

La signification du terme "hou" avait déjà été indiquée auparavant :

ils restèrent avec le chien, qui couchant dessous la porte, criait hou, qui signifie en arabe "lui", c'est-à-dire Dieu.
(p. 78)

Pietro della Valle relève, dans le récit de ses Voyages (1645), l'usage du terme "hou" dans les cérémonies turques :

C'étaient leurs dervis, autrement dits santons, parce que nous autres chrétiens qui séjournons en ce pays nommons communément ainsi par ironie ces hommes qui parmi les Mahométans, par une vaine apparence de sainteté et une véritable et déplaisante hypocrisie, font profession de mépriser le monde, et de mener une vie religieuse.
Ils chantaient et criaient en sautant toujours avec tant de chaleur que je m'étonne comme ils y pouvaient fournir ; l'un commençant tout seul je ne sais quel motet, auquel les autres répondaient âpres tous ensemble, et ainsi tour à tour, y entremêlant d'autres paroles de leurs chansons, entre lesquelles ils répétaient souvent Allah, qui signifie Dieu, à quoi d'autres répondaient , c'est à dire "il est", ou bien "il est par lui-même".
(éd. de 1662, p. 142)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs