Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Une coupable aimée est bientôt innocente


"Lorsque l'injure part d'un objet plein d'appas,
On fait force desseins, qu'on n'exécute pas :
On a beau voir, pour rompre, une raison puissante,
Une coupable aimée, est, bientôt, innocente ;
Tout le mal qu'on lui veut, se dissipe aisément,
Et l'on sait ce que c'est, qu'un courroux d'un amant."
Le Misanthrope, IV, 2, v. 1263-1268

Ces vers forment des maximes d'amour.

L'idée que l'on ne se souvient guère de nos aigreurs face à l'objet aimé, formulée dans l'Andrienne de Térence (Amantium irae, amoris integratio, sc. III), faisait l'objet d'une élégie de la Seconde Partie du Recueil de pièces galantes en prose et en vers de Madame La Comtesse de La Suze (1668) (voir "posséder par un autre un coeur qu'on a manqué").

Le caractère fragile du courroux d'un amant est un lieu commun de diverses questions d'amour :

Si l'on peut rompre tout à fait avec une personne qu'on a véritablement aimée ?
R. Il n'y a point de rupture si forte pour qu'il n'y ait point de retour, à moins que l'absence ne nous éloigne pour jamais de ce que nous avons véritablement aimé.
(Charles Jaulnay, Questions d'amour, ou Conversations galantes, dédiées aux belles,1671, p. 123)

De la colère en amour
Si la colère des amants est autre chose que l'amour ?
R. La colère des amants n'est rien qu'amour et malgré les excès où elle nous emporte, lorsqu'on consulte son coeur de bonne foi dans le calme du ressentiment, on se trouve plus amoureux que jamais. [...]
- Si les excès où se porte la colère d'un amant sont des marques d'amour, ou des effets de tempérament ?
R. Comme la grandeur ou la médiocrité de l'amour dépend assez du tempérament, on peut dire aussi que la colère de ceux qui aiment est en quelque façon l'effet du tempérament ; mais à regarder les choses de plus près, l'excès de la colère des amants ne vient de l'excès de leur tendresse.
(Ibid., p 120-121)

Dans La Critique de l'Ecole des femmes, Dorante affirmait déjà que "les injures des amants n'offensent jamais" ; Elise, dans Don Garcie de Navarre soutenait également qu'"un coupable aimé triomphe à nos genoux".




Sommaire | Index | Accès rédacteurs