[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Une amour grossière

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Une amour grossière


"Vous ne sauriez pour moi tenir votre pensée
Du commerce des sens nette et débarrassée?
Et vous ne goûtez point dans ses plus doux appas,
Cette union des cœurs, où les corps n'entrent pas.
Vous ne pouvez aimer que d'une amour grossière?
Qu'avec tout l'attirail des nœuds de la matière?"
Les Femmes savantes, IV, 2 (v. 1190-1195)

Les propos d'Armande correspondent à ceux que tenait un des personnages de La Précieuse (1656-1658) de l'abbé de Pure :

Ainsi, encore que mon discours paraisse libre à ceux qui l'examinent par la maxime d'aujourd'hui, il est dans les termes honnêtes et de la plus droite raison, et ne peut offenser que des esprits mal faits et des âmes grossières qui ne se peuvent détacher de l'impression des sens, ni se défendre contre la prévention, ni s'élever dans les désirs des meilleurs temps et des plus douces lois pour jouir de toutes les grâces et de tous les honneurs de la raison libre.
(éd. Magne, Paris, Droz, 1938, t. II, p. 38)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs