[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Un habit jaune et vert

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Un habit jaune et vert


"C'est un homme qui a une large barbe noire, et qui porte une fraise, avec un habit jaune et vert."
Le Médecin malgré lui, I, 4

L'habit jaune et vert est traditionnellement l'habit des fous, comme en attestent :

  • le poème La Guirlande et réponse d'Angoulevent à l'archipoète des pois pillés (1603) (1)
  • un procès-verbal en date du 7 janvier 1614 (2)
  • le Grand Bal de la douarière de Billebahaut (1626) (3)
  • un passage des Nouvelles réflexions sur l'art poétique (1668) de Bernard Lamy (4).

La symbolique des couleurs était déjà présente dans Le Misanthrope ("l'homme aux rubans verts").


(1)

Rimeur des pois pillés, qui par soigneuse peine,
A trouvé le ruisseau de la grecque hypocrene,
[..]
Ployez en cercle rond et que cette guirlande
A l’hôtel bourguignon où ma grandeur commande,
Par la main de mes Sots, dont tu crois le monceau,
Soit mise dextrement sur ton docte cerveau ;
Qu'après dedans le char de la troupe idiote,
Ayant pour sceptre en main une peinte marotte,
Tu sois parmi Paris pourmené doucement,
Vêtu de jaune et vert en ton accoutrement ;
Qu'à chacun carrefour, au son de la trompette,
L'on crie à ton agu, Messieurs voici le poète
Héroïque, gaillard du prince Angoulevent.
(La Guirlande et réponse d'Angoulevent à l'archipoète des pois pillés, Paris, Hubert Velut, 1603, p. 1)

(2)

[L]e gouverneur nous mandait qu'il avait reçu commandement du dit sieur duc de Nevers, de nous faire vêtir un habit qu'il nous montra, qui était fait par bandes de serge, moitié de couleur verte et l'autre de jaune ; et là où il y avait des bandes jaunes, il y avait des passements verts, et sur les vertes des passements jaunes : entre les bandes, il y avait aussi du taffetas jaune et vert qui était cousu entre les dites bandes et passements. Les bas de chausses cousus avec le haut étaient, l'un tout de serge verte et l'autre de jaune ; et un bonnet aussi moitié de jaune et vert, avec des oreilles.
(procès-verbal en date du 7 janvier 1614, contenant la relation de la piteuse aventure de le Jau de Fertau, conseiller, trésorier général des finances pour la Champagne, publié ibid., p. LXVI)

(3) Evocation de Mahomet :

Et mon vêtement jaune et vert
Montre assez quelle est ma sagesse.
(p. 2)

(source : Céline Paringaux, Les Autres Langues en scène dans la comédie française (1650-1725), thèse de doctorat de l'Université d'Artois soutenue le 13 décembre 2013, p. 148)

(4)

L'expérience fait connaître que le peuple a une passion très ardente pour ce qui s'appelle spectacle, c'est-à-dire pour les choses extraordinaires , qui font de grandes impressions sur les sens, qu'indifféremment il regarde avec curiosité ce qui lui semble nouveau. Qu'un homme aille par les rues vêtu d'un habit moitié jaune et moitié vert, il fera sortir tous les artisans de leurs boutiques, qui le considéreront avec une attention merveilleuse.
(Nouvelles réflexions sur l'art poétique, p. 167)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs