[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Trop d'une négative

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Trop d'une négative


"Hé bien, ne voilà pas encore de son style,
Ne servent-pas de rien! – Ô cervelle indocile!
Faut-il qu'avec les soins qu'on prend incessamment,
On ne te puisse apprendre à parler congrûment?
De pas, mis avec rien, tu fais la récidive,
Et c'est, comme on t'a dit, trop d'une négative."
Les Femmes savantes, II, 6 (v. 478-483)

Le principe auquel se réfèrent Philaminte et Bélise avait été édicté dans les Remarques sur la langue française (1647) de Vaugelas, à l'article "pas et point" :

On ne les met point aussi devant aucun ou nul comme il ne fait aucun mal, il ne fait nul mal, ni devant rien, comme il ne peut rien faire, il ne veut rien faire
(p. 406)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs