[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Tourbillons

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Tourbillons


"Descartes pour l'aimant donne fort dans mon sens.
J'aime ses tourbillons. – Moi ses mondes tombants.".
Les Femmes savantes, III, 2 (v. 882-883)

La nature et l'origine des "tourbillons" sont exposés dans la version française des Principes de la philosophie (1647) de Descartes, à partir du § 65 de la troisième partie :

65. Que les cieux sont divisés en plusieurs tourbillons, et que les poles de quelques uns de ces tourbillons touchent les parties les plus éloignées des poles des autres.

66. Que les mouvements de ces tourbillons se doivent un peu détourner pour n'être pas contraires l'un à l'autre.

67. Que deux tourbillons ne se peuvent toucher par leurs poles. '

68. Qu'ils ne peuvent être tous de même grandeur.

69. Que la matière du premier élément entre par les poles de chaque tourbillons vers son centre, et sort de là par les endroits les plus éloignés des poles.

70. Qu'il n'en est pas de même du second élément.

(voir également "Descartes pour l'aimant" et "matière subtile")




Sommaire | Index | Accès rédacteurs