[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Toucher l'oreille

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Toucher l'oreille


"Viens, Tircis, laissons-les aller, et me dis un peu ton martyre de la façon que tu sais faire ? Il y a longtemps que tes yeux me parlent ; mais je suis plus aise d'ouïr ta voix.

TIRCIS, en chantant.
Tu m'écoutes, hélas! dans ma triste langueur;
Mais je n'en suis pas mieux, ô beauté sans pareille!
Et je touche ton oreille
Sans que je touche ton cœur.

- Va, va, c'est déjà quelque chose que de toucher l'oreille, et le temps amène tout."
La Princesse d'Elide, IVe intermède, scène 1

Dans Le Charme de la voix, de Thomas Corneille, c'est en chantant et en "touchant l'oreille" du duc que Fénise fait naître son amour :

Le Duc en est surpris, il s'approche, il s'avance.
Je me perds, je me trouble à le considérer,
Interdit et confus, je l'entends soupirer.
Et l'un et l'autre atteints de blessures pareilles,
S'il m'éblouit les yeux, je touche ses oreilles.
(I, 1, p. 412)

Il n'est pas rare, par ailleurs, que dans la littérature facétieuse, l'oreille ait un sens grivois. Molière use des ambiguïtés de l'oreille dans Les Précieuses ridicules ("de toutes nos oreilles"), L'Ecole des femmes ("par l'oreille"), La Critique de l'Ecole des femmes ("chaste des oreilles"), et Les Femmes savantes ("de toutes vos oreilles").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs