[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Tant de Philis, d'Iris, d'Amarantes

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Tant de Philis, d'Iris, d'Amarantes


"- Vous avez tant d'Iris, de Philis, d'Amarantes,
Que partout dans vos vers vous peignez si charmantes,
Et pour qui vous jurez tant d'amoureuse ardeur...
- C'est mon esprit qui parle, et ce n'est pas mon cœur.
D'elles on ne me voit amoureux qu'en poète;"
Les Femmes savantes, V, 1 (v. 1521-1525)

Ces trois noms sont régulièrement utilisés dans les poèmes des Oeuvres galantes (1663) de Cotin :

  • le nom de Philis :
Philis s'est rendue à ma foi,
Qu'eût-elle fait pour sa défense ?
Nous n'étions que nous trois, elle, l'Amour et moi,
Et l'Amour fut d'intelligence.
(p. 341)

AUTREMENT
Philis pour engager ma foi
Il ne faut point de suffisance extrême,
Si vous savez bien dire "j'aime"
Vous en savez assez pour moi.
(p. 363)

  • le nom d'Iris :

QUE LA PENSEE D'IRIS L'EMPECHE DE DORMIR
Quand la nuit favorable à l'ombre de ses voiles
Fait reposer tous les humains,
Pour moi seul ses charmes sont vains,
Et je veille avec les étoiles.

Les merveilles d'>b>Iris, les traits de son visage,
Ses yeux plus clairs que le soleil,
Sont plus charmants que le sommeil
Et me ravissent davantage.
(p. 342)

TRAVAIL INUTILE
Belle Iris, la gloire des dames
Pour échauffer tous les humains,
N'attisez point le feu, n'excitez point les flammes
Laissez faire vos yeux sans employer vos mains.
(p. 346)

  • le nom d'Amarante :
VUE REDOUTABLE

Tous mes souhaits sont accomplis
Amarante enfin est guérie
Et jamais la saison fleurie
N'eut plus de roses et de lys.
(p. 336)

FAUSSE PITIE

J'entends soupirer Amarante
Je vois ses yeux noyés de pleurs
J'entends soupirer Amarante,
Je vois ses yeux noyés de pleurs,
Et la cause de ses douleurs
C'est le trépas d'une parente
Qu'elle ne pouvait secourir ;
Elle est triste, elle est abattue,
Elle qui sans pitié me regarde mourir
Lorsque sa cruauté me tue.
(p. 344)

Au tome I du recueil Sercy de 1659 figure une série de lettres dans laquelle une épistolière reproche à son amant de composer des poèmes amoureux pour une certaine Iris (voir en particulier la réponse de l'amant, p. 307)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs