Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 9 décembre 1666


Vos Danseurs font-ils des merveilles ?
Vous enchante-t-on les oreilles
Par les airs du Ballet nouveau ?
En un mot tout en est-il beau ?
Je meurs de déplaisir de n’y pouvoir pas être,
Car bien du monde, ici, qui pense s’y connaître,
Dit que l’artifice en surprend
Et que le Spectacle en est grand.
Dansez, SEIGNEUR, dansez, menez joyeuse vie
Tandis que vous avez et l’argent et le temps ;
Quand vous aurez vécu cent ans,
Vous prendrez, s’il le faut, de la mélancolie.

(Texte saisi par David Chataignier à partir du Tome II (juillet 1666-décembre 1667) de l'édition du Bon Nathan-James-Edouard de Rothschild et de Émile Picot, 1881-1883, Paris, D. Morgand et C. Fatout éditeurs).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs