Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Si vous n'abrégez ce récit


"Si vous n'abrégez ce récit, nous en voilà pour jusqu'à demain. Laissez-le-moi finir en deux mots.".
Les Fourberies de Scapin, I, 2

Les mêmes termes sont utilisés par le valet Ergaste, pour inviter son maître Lélie à abréger son récit, dans La Soeur de Rotrou :

Si de ce long récit vous n'abrégez le cours
Le jour achèvera plus tôt que ce discours.
Laissez-le-moi finir avec une parole.
(I, 4, p. 21)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs