Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Si d'un peu d'amitié... si tu seras sensible


"CLIMÈNE ET DAPHNÉ
Berger, laissons là tes feux,
Voilà Flore qui nous appelle.

TIRCIS ET DORILAS
Mais au mois dis-moi, cruelle,

TIRCIS
Si d’un peu d’amitié tu payeras mes vœux ?

DORILAS
Si tu seras sensible à mon ardeur fidèle ?

CLIMÈNE ET DAPHNÉ
Voilà Flore qui nous appelle."

Le Malade imaginaire, Prologue

La première scène de Mélicerte avait déjà exploité le motif des échanges stichomythiques de bergers ("je te vais dire adieu").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs