Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Robinet, Lettre en vers à Madame du 8 novembre 1665


Un AVEUGLE des QUINZE-VINGTS,
Qui rarement sont Échevins,
Criant en son charmant ramage,
En son jargon, style, ou langage,
Et frappant d’un double Tournois
Dans son Écuelle mainte fois :
« Je vais à l’intention vôtre
» Dire de SAINT JUDAS l’Apôtre
» Et l’Antienne et l’Oraison, »
Une bonne Vieille Alizon,
Qui l’entendit par aventure
Et qui savait mal l’ÉCRITURE,
Où SAINT JUDE porte ce nom, [JUDA TADÉ.]
Se mit en courroux tout de bon,
Et vous lui fit cette harangue
En son injurieuse langue :
« Depuis quand, Aveugle maudit, »
Ce lui dit-Elle, « t’a-t-on dit
» Que cet Iscariote, ce Traître,
» Ce Judas, qui vendit ton Maître,
» Avait été canonisé,
» Pour être ainsi préconisé
» Par ta gueule puante et sale ?
» Dis-moi donc, ou bien je te gale,
» Ne sais-tu pas qu’après ce coup
» Il faut, par son malheureux Cou,
» De juste désespoir se pendre
» Et que chacun, sans se méprendre,
» Dit qu’il alla dans les Enfers
» À tous les maudits Lucifers ?
» Je ne sais Hérétique au Diable
» Plus que Judas abominable,
» Qui me tient, que... » Dame Alizon,
Un peu zélée hors de raison,
Disant cela, frotte la coine
Au pauvre DISEUR D’ANTIPHOINE,
Lui, jugez-en, bien étourdi
D’être d’un tel air applaudi,
Harpe la Dévote Frotteuse,
Et, d’une main assez nerveuse,
Vous lui savonne le museau
Semblablement, et bien et beau,
Lui faisant, tandis qu’il l’étrille,
Cette Apostrophe fort gentille
Et de facétieux début :
« Viens-çà », lui dit-il, » Belzébuth,
« Viens-çà, Peste de Rechignée,
» En un mot, viens, Vieille Damnée,
» Car sans te voir je te connais
» Au ton rocantin de ta Voix.
» Dès le matin es-tu donc Ivre ?
» Il faut que je t’apprenne à vivre,
» Ô Mangeuse de Cricifix,
» Qui sais si mal ce que tu dis !
» N’es-tu point de ces bons Artuphes
(C’est qu’il voulait dire Tartuffes),
» Qui font tant de bruit depuis peu,
» Et, comme on dit, sont tout à Dieu,
» Exceptez-en le Corps et l’Âme ? »
Ce disant, à la bonne Dame,
À la Dévote au Quarteron,
Il met à bas un Chaperon,
Resté seul de l’antique Mode,
Mais qui servait d’abri commode
Au chef de la bonne Alizon,
De qui pour lors le Crin grison,
Ou, si vous voulez, la Crinière
Fit voir une affreuse Sorcière.
Mais le Combat finit par là,
Car le Badaud mit les holà
Quand son âme se fût saoulée
De voir la plaisante Médée.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs