[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Rien d'égal à cette perfidie

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Rien d'égal à cette perfidie


"Peut-on rien voir d’égal, Covielle, à cette perfidie de l’ingrate Lucile ? [...] Après tant de sacrifices ardents, de soupirs, et de vœux que j’ai faits à ses charmes ![...] C’est une perfidie digne des plus grands châtiments."
Le Bourgeois gentilhomme, III, 9

Une des questions d'amour proposées par Charles Jaulnay dans son recueil Questions d'amour, ou Conversations galantes, dédiées aux belles (1671) examine la question suivante :

Si un véritable amant peut s'empêcher de se déchaîner contre sa maîtresse infidèle en la quittant ?
Puisqu'il ne peut véritablement aimer sans avoir quelquefois des emportements contre sa maîtresse, comment pourrait-on s'en empêcher lorsqu'elle nous a fait la plus cruelle de toutes les offenses.
(p. 127-128)

(voir également "je veux conserver mon ressentiment" "que facilement on se laisse persuader" et "rompre ensemble tout commerce")




Sommaire | Index | Accès rédacteurs