[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Repas friands qu'on donne à mon oreille

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Repas friands qu'on donne à mon oreille


"- Ce m’est une douceur à nulle autre pareille.
- Ce sont repas friands qu’on donne à mon oreille."
Les Femmes savantes, III, 1 (v. 715-716)

Dans la conversation XX de son Esprit de cour, ou les Conversations galantes (1662), intitulée « Du festin », René Bary s'était précédemment servi de la comparaison :

L’esprit trouve son compte avec eux, il se nourrit comme d’un aliment du suc de leur entretien ; et l’on peut dire à leur avantage, que s’ils reçoivent des repas de bouche, ils donnent des repas d’oreille.
(p. 126)

(indication aimablement fournie par Arnauld Wydler)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs