[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Remède spécifique

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Remède spécifique


"Au remède, vite, au remède spécifique."
Le Médecin malgré lui, III, 6

L'existence de remèdes spécifiques fait le sujet d'une conférence du bureau d'adresses, résumée dans le recueil de 1666 :

"S'il y a des remèdes spécifiques à chaque maladie" (Recueil général des questions traitées dans les conférences du bureau d'adresses, 1666, p. 479 et suiv.)

Dans son "Sermon pour la purification de la Vierge", par lequel débutait le Carême de 1662, Bossuet compare le sacrifice du Christ pour l'humanité à un remède spécifique :

Voici, Messieurs, un grand mystère, voici une conduite surprenante, et un ordre de médecine bien nouveau : pour nous guérir de la crainte de la mort, on fait mourir notre médecin. Cette méthode paraît sans raison ; mais, si nous savons entendre8 l'état du malade et la nature de la maladie, nous verrons que c'était le remède propre et, s'il m'est permis de parler ainsi, le spécifique infaillible.
(Oeuvres oratoires de Bossuet, éd. J. Lebarq, 1914, t. IV, p. 156)

Telle est la maladie de notre nature; mais maintenant, Messieurs, voici le remède. Voici le Sauveur Jésus, nouvel homme et nouvel Adam, qui vient détacher en nous l'amour des plaisirs sensibles. Que si l'amour des plaisirs est si fort inhérent à nos entrailles, il faut un remède violent pour le détacher.
(id., p. 163)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs