[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Révérence

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Révérence


"Si vous voulez la [une marquise] saluer avec beaucoup de respect, il faut faire d'abord une révérence en arrière, puis marcher vers elle avec trois révérences en avant, et à la dernière vous baisser jusqu'à ses genoux."
Le Bourgeois gentilhomme, II, 1

Il existe assez peu de textes du XVIIe siècle expliquant comment faire une révérence.

Les instructions les plus détaillées sont données dans un Traité de la civilité lyonnais, destiné aux enfants (1681). L'auteur de ce traité fait deux remarques sur l'exécution de la révérence:

1. "Il fera la révérence sans affectation, il ne se contrefera point, usant de postures extravagantes, comme tournant la tête de mauvaise grâce, portant son corps de mauvais biais, se baissant démesurément, ou se tenant trop droit.

2. La révérence ne doit jamais être ni courte ni trop précipitée, mais basse et grave, où il y a lieu de la faire."
(Traité de la civilité nouvellement dressé d'une manière exacte et méthodique et suivant les règles de l'usage vivant, 1681, p. 155)

Courtin explique l'exécution de la révérence dans exactement les mêmes termes dans son Nouveau Traité de la civilité (1671) (1), en ajoutant quelques remarques sur les circonstances dans lesquelles il faut saluer et sur l'usage des chapeaux (2).

L'abbé de Bellegarde, à la fin du XVIIe siècle, soulignera la manie des bourgeois pour les révérences dans ses Réflexions sur le ridicule (1696) (3).

====

(1)

"A l'égard des Dames, il est bon de savoir qu'outre la révérence qu'elles font pour saluer, il y a le masque, les coiffes et la robe, avec quoi elles peuvent témoigner leur respect. Car c'est, par exemple, incivilité aux Dames, d'entrer dans la chambre d'une personne à qui elles doivent du respect, la robe troussée, le masque au visage, et les coiffes sur la tête, si ce n'est une coiffe claire; et il est aussi à remarquer que la révérence ne doit jamais être ni courte ni trop précipitée, mais basse et grave, et pourtant succincte, où il y a lieu de la faire, ou au moins en s'inclinant un peu du corps, quand on ne fait que passer."
(éd. de 1728, p. 49-50).

(3)

"Il est de la civilité d'avoir la tête nue dans les salles et dans les antichambres et avec cela il faut remarquer que celui qui entre, est toujours obligé de saluer le premier ceux qui sont dans la chambre."
(p. 47)

(4)

"Les bourgeois ... sont grands faiseurs de révérences; ils accablent le monde par leurs compliments éternels et par des civilités gênantes: ils font des embarras à toutes les portes; et il faut disputer une heure à qui passera le dernier".
(Jean-Baptiste Morvan de Bellegarde, Réflexions sur le ridicule et sur les moyens de l'éviter: où sont représentés les moeurs et les différents caractères des personnes de ce siècle, Paris, Jean Guignard, 1696, p. 369).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs