[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Quoiqu'on die

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Quoiqu'on die


"Faites-la sortir, quoi qu'on die.
Ah! que ce "quoi qu'on die" est d'un goût admirable!
C'est, à mon sentiment, un endroit impayable.
– De "quoi qu'on die" aussi mon cœur est amoureux.
– Je suis de votre avis, "quoi qu'on die" est heureux.
– Je voudrais l'avoir fait. – Il vaut toute une pièce.
– Mais en comprend-on bien comme moi la finesse?
– Oh, oh. –"Faites-la sortir, quoi qu'on die."
Que de la fièvre on prenne ici les intérêts,
N'ayez aucun égard, moquez-vous des caquets.
"Faites-la sortir, quoi qu'on die."
"Quoi qu'on die", "quoi qu'on die".
Ce "quoi qu'on die" en dit beaucoup plus qu'il ne semble.
Je ne sais pas, pour moi, si chacun me ressemble;
Mais j'entends là-dessous un million de mots."

Les Femmes savantes, III, 1 (v. 803-804)

L'inélégance de la conjonction "quoique" suivie d'une voyelle est relevée dans La Précieuse (1656-1658) de l'abbé de Pure :

Chanson
Je ne puis accuser mes sens,
Quoiqu'auteurs des maux que je sens,
Ils ont été surpris d' un objet trop aimable ;
Mais contre ma raison mon coeur est animé,
De voir que la coupable
Me fasse plus aimer que je ne suis.
[...]
Il faut avoir humé l'air du Rhin et respiré à l'allemande, pour prononcer impunément ce quoiqu'auteurs. Il tient longtemps son homme à la gorge, et sans quelque favorable hoquet, il courrait risque de ne jamais passer outre.
(éd. Magne, Paris, Droz, 1938, t. I, p. 5)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs