[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Quelque vol de mon coeur

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Quelque vol de mon coeur


"Que craignez-vous ? - Quelque vol de mon coeur, quelque assassinat de ma franchise."
Les Précieuses ridicules, sc. IX.

Charles Sorel décrit, dans sa Maison des jeux (1643), reprise dans Les Récréations galantes (1672), le "Jeu de la perte du coeur" :

Quelqu'un dira en soupirant : "Hélas, j'ai perdu mon coeur" et l'on lui demande "Qui vous l'a pris ?" et il répondra "Madame telle", qui est quelque dame de la compagnie qu'il nomme avec des noms et des épithètes malaisés à retenir; et aussitôt chacun se retourne vers cette dame, et l'on lui dit agréablement : "Ah Madame, pourquoi tant de cruauté ? faut-il ainsi devant tant de monde commettre des larcins ? C'est avoir une grande assurance." "Quoi, Madame, vous dérobez le coeur des hommes, et bientôt après avec le larcin vous allez joindre l'homicide; car n'allez-vous pas priver de vie celui qui ne peut si longtemps vivre sans coeur ?"
(p. 62)

De même, le premier des "Billets galants ou billets doux d'une amante à un amant" du "Recueil Sercy" de 1658 commence par ces termes :

Si votre coeur est à donner, je vous demande mes étrennes, et de vous je ne saurais recevoir un autre présent. S'il est en votre disposition, envoyez-le-moi, ou me l'apportez.
(Recueil des pièces en prose les plus agréables de ce temps, Paris, Charles de Sercy, 1658, p. 190)

Pierre Corneille, en 1632, avait composé une "Ode sur un prompt amour", dont une des strophes déclare :

Regards brillants, clartés divines
Qui m'avez tellement surpris;
Oeillades qui sur les esprits
Exercez si bien vos rapines,
Tyrans secrets, auteurs puissants
D'un esclavage où je consens,
Chers ennemis de ma franchise
Beaux yeux mes admirables vainqueurs,
Dites-moi qui vous autorise
A dérober ainsi les coeurs ?
(Oeuvres complètes, éd. G. Couton, Paris, Gallimard, 1980, t. I, p. 178-179)

Dans la cinquième partie (1660) de la Clélie des Scudéry, Amilcar récite les vers suivants :

Pourquoi m'accusez-vous, injustes ennemis ?
J'ai volé mille coeurs, oui, je vous le confesse.
Mais peut-on ignorer en Grèce,
Qu'à Sparte d'où je suis le larcin est permis ?
(V, 2, p. 766)

Le spectacle italien de "La Propreté ou Arlequin roi de Tripoli", joué sur la scène du Palais-Royal dans les années 1660, exploitera le filon sur le mode parodique :

Madame, il est permis à un malade de se plaindre, vos yeux ont dérobé mon coeur, il est juste que je vous dise avec tout le respect possible que ce sont deux insignes voleurs.
(éd. D. Gambelli, Arlecchino a Parigi. Lo scenario di Domenico Biancolelli, Rome, Bulzoni, 1993, t. II, p. 736)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs