[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Pousser le doux, le tendre et le passionné

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Pousser le doux, le tendre et le passionné


"Il faut qu'un amant, pour être agréable, sache [...] pousser le doux, le tendre et le passionné."
Les Précieuses ridicules, sc. IV.

Le verbe "pousser" est, vers 1660, d'un usage extrêmement répandu dans le domaine des sentiments, ainsi que le relève Paul Scarron :

Mon chien de destin m'emmène dans un mois aux Indes Occidentales, ou plutôt j'y suis poussé par une sorte de gens fâcheux, qui sont depuis peu élevés dans Paris, et qui se font appeler pousseurs de beaux sentiments. On ne demande plus parmi eux si on est honnête homme, on demande si on pousse les beaux sentiments. Quantité de personnages de bon sens entreprendraient de les pousser; mais on leur a dit que les plus pointus d'entre eux se vantent d'être approuvés d'une grande Princesse...et qu'ils sont assez vains pour s'autoriser de son nom à chaque beau sentiment qu'ils poussent; ce qui empêche, sans doute, qu'il ne se forme un parti contre eux.
(Dernières Oeuvres, 1663, t. I, p. 9-10)

Les adjectifs substantivés "le tendre" et "le doux" sont associés, pour les contemporains, au langage précieux :

Mon Dieu, entendra-t-on toujours parler de ces précieuses ? [...] Il n'y a plus que le tendre et le doux qui règnent dans leurs âmes, ou tout au plus quelque rayon d'amitié.
(Michel de Pure, La Précieuse, éd. Magne, Paris, Droz, 1938, t. II, p. 122)

Molière fera de nouveau allusion à cette expression dans L'Ecole des femmes ("Pousseuses de tendresse et de beaux sentiments") et dans Amphitryon ("pousser les beaux sentiments").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs