[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Plus beau que tout ce qu'a jamais fait Homère

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Plus beau que tout ce qu'a jamais fait Homère


"Quelques beaux vers que nos poètes lui aient récités, je ne lui ai jamais ouï dire: «Voilà qui est plus beau que tout ce qu'a jamais fait Homère.»
Les Amants magnifiques, acte II, scène 2.

Nicolas Faret avait mis en scène cet enthousiasme déréglé dans un passage de L'Honnête homme ou l'art de plaire à la cour (1630) intitulé « Exemple pour prouver la force de l’opinion » : un poète lit ses propres vers en les faisant passer pour ceux de Malherbe:

Ces gens que la révérence de ce nom avait déjà tous disposés à l'admiration de ces vers, à la fin de chaque stance se mettaient à faire des exclamations, et à témoigner des ravissements extraordinaires, qu'il semblait que ce fût quelque ouvrage qui leur fût tombé du Ciel, tant ils y trouvaient de divinité.
(p. 142)

Une pareille défiance à l'égard des compliments hyperboliques est également formulée par Alceste dans Le Misanthrope ("J'ai conçu, pour vous, une estime incroyable").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs