[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > On se tue

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

On se tue


"On se tue à vous faire un aveu des plus doux,
Cependant ce n'est pas encore assez pour vous."
Le Tartuffe, IV, 5, v. 1454-1455

L'expression est à la mode.

On la retrouve, par exemple, dans les lettres de Madame de Sévigné :

Si messieurs vos maris vous aimaient tant, mesdames, voudraient-ils vous faire souffrir, tous les ans , un plus grand supplice que ne sont ceux des roués? Voilà comme je regarde vos rechutes, et c'est la vraie manière dont on les doit regarder ; je me tue d'en écrire en Provence, et je menace que, si ma fille est encore grosse et toujours grosse, je n'irai point les voir ; je verrai s'ils me souhaitent.
("A Monsieur de Guitaut", décembre 1671)

Madame Cornullier, la marquise, a fait ici le plus pitoyable personnage du monde ;[...] on dit ici que Monsieur en est amoureux et que c'est une beauté : elle arrive au Palais-Royal, on crie sur elle , on la regarde sous le nez. [...] Le bruit est grand autour d'elle; Monsieur en est au désespoir; il se tue de dire qu'elle ne prétend à rien.
(Lettre du 9 août 1675)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs