[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > On se meurt de plaisir

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

On se meurt de plaisir


"On n'en peut plus? – On pâme. – On se meurt de plaisir.
De mille doux frissons vous vous sentez saisir."
Les Femmes savantes, III, 1 (v. 810-811)

Dans l'"Addition au Baron de Foeneste" (vers 1674), Biancolelli indique un jeu de scène analogue :

Lorsqu'il chante, je fais des lazzi de tomber de faiblesse à force de plaisir.
(éd. Gambelli, p. 619)

La comparaison du plaisir amoureux et de la mort est un motif fréquent de la littérature érotique contemporaine. Ainsi dans :

  • un dialogue du Cabinet satyrique (1634) :
I. Que sentai-je, ô bon Dieu, eh ! Perrot je me pâme
P. Je m'en vais en trois coups te redonner une âme.
I. Ah ! quelle âme, Perrot ranimes-tu ainsi.
(p. 183)

  • le roman érotique Lupanie (1668) de Corneille Blessebois :
Cette amoureuse personne se vit obligée de rendre les armes et la vie à son vainqueur par un doux trépas.
(p. 24)

(voir également "est-ce qu'on n'en meurt point" ?)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs