[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Obscénité

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Obscénité


"Ce le est insolent au dernier point, et vous avez tort de défendre ce le. - Il a une obscénité qui n'est pas supportable. - Comment dites-vous ce mot-là, Madame? - Obscénité, Madame. - Ah! mon Dieu! obscénité. Je ne sais ce que ce mot veut dire; mais je le trouve le plus joli du monde."
La Critique de L'Ecole des femmes, sc. III

Le terme "obscenitas" avait été utilisé dans trois textes de Cicéron, qui mettaient en cause le point de vue stoïcien niant l'existence de "syllabes sales" ("pas un mot qui de soi ne soit fort honnête") :

  • De officiis (I, 35) (1)
  • De oratore (II, 59-60) (2)
  • une des lettres Ad familiares (IX, 22) (3)

L'emploi du terme "obscénité", attesté par de nombreux exemples avant L'Ecole des femmes (4) (5) (6), est à la mode à partir des années 1660-1670 et fait l'objet d'un débat entre le P. Bouhours et Gilles Ménage (7).

Plus généralement, l'ostentation dans l'emploi des mots à la mode est condamnée par Bouhours dans ses Entretiens d'Ariste et d'Eugène (1671) (8).


(1)
Quae enim natura occultavit, eadem omnes, qui sana mente sunt, removent ab oculis ipsique necessitati dant operam ut quam occultissime pareant; quarumque partium corporis usus sunt necessarii, eas neque partes neque earum usus suis nominibus appellant, quodque facere turpe non est, modo occulte, id dicere obscenum est. Itaque nec actio rerum illarum aperta petulantia vacat nec orationis obscenitas.

Nec vero audiendi sunt Cynici aut se qui fuerunt Stoici paene cynici qui reprehendunt et irrident, quod ea, quae turpia non sint, verbis flagitiosa ducamus, illa autem, quae turpia sunt, nominibus appellemus suis. Latrocinari, fraudare, adulterare re turpe est, sed dicitur non obscene; liberis dare operam re honestum est, nomine obscenum; pluraque in eam sententiam ab eisdem contra verecundiam disputantur. Nos autem naturam sequamur et ab omni, quod abhorret ab oculorum auriumque approbatione fugiamus; status, incessus, sessio, accubitio, vultus, oculi, manuum motus teneat illud decorum.
(I, 35)

(2)

[LIX]Duo sunt enim genera facetiarum, quorum alterum re tractatur, alterum dicto [...] Atqui ita est totum hoc ipso genere ridiculum, ut cautissime tractandum sit; mimorum est enim et ethologorum, si nimia est imitatio, sicut obscenitas. Orator surripiat oportet imitationem, ut is, qui audiet cogitet plura quam videat; praestet idem ingenuitatem et ruborem suum verborum turpitudine et rerum obscenitate vitanda.

[LX] Ergo haec duo genera sunt eius ridiculi, quod in re positum est, quae sunt propria perpetuarum facetiarum, in quibus describuntur hominum mores et ita effinguntur, ut aut re narrata aliqua quales sint intellegantur aut imitatione breviter iniecta in aliquo insigni ad inridendum vitio reperiantur. In dicto autem ridiculum est id, quod verbi aut sententiae quodam acumine movetur; sed ut in illo superiore genere vel narrationis vel imitationis vitanda est mimorum et ethologorum similitudo, sic in hoc scurrilis oratori dicacitas magno opere fugienda est.
(De oratore, II, 59-60)

(3)

Amo verecundiam, vel potius libertatem loquendi. Atqui hoc Zenoni placuit, homini mehercule acuto; etsi Academiae nostrae cum eo magna rixa est; sed, ut dico, placet Stoicis suo quamque rem nomine appellare. Sic enim disserunt: nihil esse obscoenum, nihil turpe dictu; nam, si quod sit in obscoenitate flagitium, id aut in re esse aut in verbo; nihil esse tertium. In re non est. Itaque non modo in comoediis res ipsa narratur—ut ille in Demiurgo:

modo forte

—nosti canticum, meministi Roscium—

ita me destituit nudum. . . .

—totus est sermo verbis tectus, re impudentior—, sed etiam in tragoediis; quid est enim illud

quae mulier una?

quid, inquam est

usurpat duplex cubile?

quid?

huius ferei
hic cubile inire est ausus

quid est?

Virginem me quondam invitam per vim violat Iuppiter.

Bene "violat": atqui idem significat, sed alterum nemo tulisset. Vides igitur, cum eadem res sit, quia verba non sint, nihil videri turpe. Ergo in re non est: multo minus in verbis; si enim, quod verbo significatur, id turpe non est, verbum, quod significat, turpe esse non potest. "Anum" appellas alieno nomine: cur? si turpe est, ne alieno quidem; si non est, suo potius. Caudam antiqui "penem" vocabant, ex quo est propter similitudinem "penicillus;" at hodie "penis" est in obscenis. "At vero Piso ille Frugi in Annalibus suis queritur adolescentes peni deditos esse." Quod tu in epistula appellas suo nomine, ille tectius "penem;" sed, quia multi, factum est tam obscenum quam id verbum, quo tu usus es. Quid, quod vulgo dicitur, "cum nost te voluimus convenire," num obscenum est? Memini in senatu disertum consularem ita eloqui: "hanc culpam maiorem an illam dicam?" potuit obscenius? "Non obscene," inquis; "non enim ita sensit." Non ergo in verbo est; docui autem in re non esse: nusquam igitur est. "Liberis dare operam" quam honeste dicitur! etiam patres rogant filios; eius operae nomen non audent dicere. Socraten fidibus docuit nobilissimus fidicen; is "Connus" vocitatus est: num id obscenum putas? Cum loquimur "terni," nihil flagitii dicimus; at, cum "bini," obscenum est. "Graecis quidem," inquies. Nihil est ergo in verbo, quoniam et ego Graece scio et tamen tibi dico "bini," idque tu facis, quasi ego Graece, non Latine, dixerim. "Ruta" et "menta," recte utrumque: volo mentam pusillam ita appellare, ut "rutulam;" non licet. Belle "tectoriola:" dic ergo etiam "pavimenta" isto modo; non potes. Viden igitur nihil esse nisi ineptias? turpitudinem nec in verbo esse nec in re; itaque nusquam esse. Igitur in verbis honestis obscena ponimus. Quid enim? non honestum verbum est "divisio?" at inest obscenum, cui respondet "intercapedo." Num haec ergo obscena sunt? Nos autem ridicule: si dicimus "ille patrem strangulavit," honorem non praefamur; sin de Aurelia aliquid aut Lollia, honos praefandus est. Et quidem iam etiam non obscena verba pro obscenis sunt: "'battuit,' inquit, 'impudenter, 'depsit' multo impudentius;" atqui neutrum est obscenum. Stultorum plena sunt omnia: "testes" verbum honestissimum in iudicio, alio loco non nimis; et honesti, "colei Lanuvini," "Cliternini" non honesti. Quid? ipsa res modo honesta, modo turpis: suppedit, flagitium est; iam erit nudus in balneo, non reprehendes. Habes scholam Stoicam. Quam multa ex uno verbo tuo! Te adversus me omnia audere gratum est: ego servo et servabo—sic enim assuevi—Platonis verecundiam; itaque tectis verbis ea ad te scripsi, quae apertissimis agunt Stoici; sed illi etiam crepitus aiunt aeque liberos ac ructus esse oportere; honorem igitur.
Kalendis Martiis. Tu me diliges et valebis.
(Ad familiares, IX, 22)

--

(4)

Le secret est fort recommandé aux Frères de la Croix de Roses, comme étant la loi fondamentale de la fraternité, et nos beaux esprits sont secrets tant qu’ils peuvent. Je dis tant qu’ils peuvent et à la française ; il est vrai qu’en public et en présence de témoins, ils sont réservés à n’avancer témérairement aucune impiété ; mais quand ils sont sous la rose, dans un cabaret d’honneur, tête à tête, en posture d’ivrognes, c’est lors qu’ils découvrent entièrement leurs plus mystérieux secrets et que les impiétés, les blasphèmes, les obscénités leur sortent de la bouche quatre à quatre.
(Garasse, Doctrine curieuse des beaux esprits (1624) I, 14, p. 85) (source : indication aimablement fournie par F. Rey)

Le terme figure également dans le texte suivant :

Quand donc cet appétit de la conjonction de l’homme et de la femme ensemble serait de la nature de ces facultés absolument irraisonnables, encore y aurait-il certaines règles à y observer, si nous ne voulions nous abaisser au-dessous de l’excellence de notre nature et renoncer à la prérogative d’être animaux doués de raison. Et véritablement, il ne se peut pas nier qu’il n’y ait en lui quelque chose qui a de l’affinité avec les facultés qui sont destinées à l’expulsion des excréments ; d’où vient aussi qu’il y a en lui quelque obscénité sur laquelle, pour la cacher, il convient à l’excellence de la nature humaine d’étendre le manteau de l’honnêteté et de la bienséance.
(Moyse Amyraut, Considérations sur les droits par lesquels la nature règle les mariages, Saumur, 1648, p. 80-81) (source : indication aimablement fournie par F. Rey)

(5)

HAUTECLAIR. Nom de famille. Ce nom fut donné du temps du roi Henri II à un maître des requêtes nommé Couillard, par une rencontre assez plaisante. Ce maître des requêtes allait souvent au Louvre. Un jour qu'il grattait à la porte du cabinet du roi ou de la reine, comme les huissiers lui demandèrent son nom, il n'osa leur dire distinctement à cause de l'obscénité.
(Gilles Ménage, Origines de la langue française (1650) p. 382)

(6)

N'as tu point de honte de montrer ton infâmie,etc.ll décrit ici la mollesse de quelques gens infâmes, ce que ie n'ai pas voulu exprimer avec toutes les forces du latin, parce que notre langue ni l'honnêteté ne l'auraient pu souffrir, et c'est ce qui avait donné sujet à feu Monsieur Guiet de marquer dans ses petites notes latines, que je cherchais ici de l'obscurité à cause de l'obscénité.
Les Satires de Juvénal et de Perse (1658), p. 434

(7)

Obscénité [...] Je soutiens affirmativement que ce mot est très bon et très usité [...]. C'est au reste comme parlent tous les gens de lettres, et je ne puis m'imaginer ce qui avait donné lieu au P. Bouhours de reprendre ce mot, si ce n'est cet endroit de la Critique de l'Ecole des Maris [sic]"
(Ménage, Observations sur la langue française, 2e partie, 1677, p. 55)

--

(8)

Je ne sache rien qui dégoûte davantage les personnes raisonnables, que le jargon de certaines femmes qui se servent à toute heure d'expressions extraordinaires, et qui dans une conversation disent cent fois un mot qui ne fera que de naître. Lire la suite...
(le P. Bouhours, Les Entretiens d'Ariste et d'Eugène, 1671, Paris, S. Mabre-Cramoisy, p. 55)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs