Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Notre Dame de la Charité


Une lettre de Loret du 14 mars 1665 évoque la dévotion de la reine mère à Notre-Dame de la Charité et son rôle essentiel auprès des "Dames de la charité" :

Dans notre paroisse royale,
De tout Paris la capitale,
S’est faite, par dévotion,
Certaine congrégation
De dames pieuses et prudes,
Dont les saintes sollicitudes,
Les vigilances, les bontés,
Vont à régler les charités
Que font les âmes vertueuses
Aux familles nécessiteuses,
Qui, faute de vin, chair ou pain,
Pourraient mourir de male faim
Sans cette assistance réelle.
Cette institution est belle,
Car la Reine mère du Roi,
Qui prend plaisir à cet emploi,
Se déclarant surintendante
De cette troupe bienfaisante,
Les Dames de la Charité,
Révérant son autorité,
Semblent toutes, en faveur d’elle,
Agir avec un plus beau zèle :
Car ses ordres étant suivis,
Les pauvres en sont mieux servis,
Leurs misères mieux allégées
Et leurs douleurs mieux soulagées.
Ò modèle de piété,
Sage et dévote Majesté,
Le Ciel vous soit toujours propice,
Le Ciel à jamais vous bénisse !
Il faudrait que jamais le cours
Ne finît de vos nobles jours,
N’était, ô Reine incomparable,
Qu’il est juste et bien raisonnable
Qu’après plus de cent ans passés,
Vos bienfaits soient récompensés
De ces couronnes immortelles,
De ces délices éternelles,
De ces fruits de paix et d’amour
Que dans le céleste séjour,
Après leurs travaux et leurs peines,
Dieu réserve aux pieuses reines.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs