[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Nego consequentiam

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Nego consequentiam


"Si Monsieur est honnête homme, il ne doit point vouloir accepter une personne, qui serait à lui par contrainte. - Nego consequentiam, Mademoiselle; et je puis être honnête homme, et vouloir bien vous accepter des mains de Monsieur votre père."
Le Malade imaginaire, II, 6

L'expression est utilisé par le pedante, protagoniste de la comédie Gl'ingiusti sdegni (1551) de Bernardino Pino, à proximité immédiate de la citation mandatum tuum curo diligenter, que Molière avait reprise dans Le Dépit amoureux :

PANDOLFO
Adunque il guadagno è miglior dello studio, pero sarà meglio che mio figliuolo pigli moglie, e non vada più allo studio, e voi ve ne ritornate a casa nostra.

PEDANTE
Nego consequentiam, l'argomento pecca in forma et in materia.
(III, 1, éd. de 1560, p. 25)

Dans le chapitre "Manière d'aimer des pédants" de son recueil L'Amour échappé (1669), Donneau de Visé avait décrit le comportement d'un pédant amoureux qui n'hésitait pas à disputer, à coup de formules latines, avec la femme qu'il courtise(voir également "soumis aux volontés de celle qu'on aime") :

Disputant contre elle en philosophe, il laissait souvent échapper des mots de latin et soutenait tout ce qu'il disait dans les formes. Cela était cause que cette belle prenait plaisir à l'obstiner, afin de le faire paraître plus ridicule à la compagnie.
(p. 188)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs