Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Ne sens-je pas que je veille


"Rêvé-je? est-ce que je sommeille?
Ai-je l'esprit troublé par des transports puissants?
Ne sens-je pas bien que je veille?
Ne suis-je pas dans mon bon sens?
Mon maître Amphitryon, ne m'a-t-il pas commis,
À venir, en ces lieux, vers Alcmène sa femme?
Ne lui dois-je pas faire, en lui vantant sa flamme,
Un récit de ses faits contre nos ennemis?
Ne suis-je pas du port arrivé tout à l'heure?
Ne tiens-je pas une lanterne en main?
Ne te trouvé-je pas devant notre demeure?
Ne t'y parlé-je pas d'un esprit tout humain?
Ne te tiens-tu pas fort de ma poltronnerie,
Pour m'empêcher d'entrer chez nous?
N'as-tu pas sur mon dos exercé ta furie?
Ne m'as-tu pas roué de coups?
Ah! tout cela n'est que trop véritable,
Et, plût au Ciel, le fût-il moins!"
Amphitryon, I, 2, v. 430-447

Le contenu de la tirade de Sosie provient à la fois

Mon maître Amphitryon, ses ennemis domptés
Ne m'a-t-il pas du port envoyé vers Alcmène
Lui conter du combat la nouvelle certaine ?
N'en arrivé-je pas une lanterne en main ?
Voilà pas le palais de ce prince thébain ?
Ne te parlai-je pas ? Sais-je pas que je veille ?
Tes poings n'ont-ils pas étourdi cette oreille ?
(I, 3)

quid, malum, non sum ego servos Amphitruonis Sosia?
nonne hac noctu nostra navis huc ex portu Persico
venit, quae me advexit? nonne me huc erus misit meus?
nonne ego nunc sto ante aedes nostras? non mi est lanterna in manu?
non loquor, non vigilo? nonne hic homo modo me pugnis contudit?
fecit hercle, nam etiam misero nunc mihi malae dolent.

Comment ? ô malheur ! Ne suis-je pas serviteur d'Amphitryon ? Notre Navire venu cette nuit du port Persique, ne m'a-t-il pas amené ? Mon Maître ne m'a-t-il pas envoyé ici tout droit ? N'est-ce pas moi-même qui me tiens à l'heure qu'il est devant notre maison ? N'ai-je pas une lanterne à la main ? Ne parlé-je pas ? Ne suis-je pas éveillé ? Cet homme ne m'a-t-il pas roué de coups ? Ah ! cela n'est que trop vrai : et malheureux que je suis les dents m'en font encore mal.
(v. 403-408; trad. Marolles, 1658, p. 21)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs