[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Mon père, au nom du Ciel

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Mon père, au nom du Ciel


"MARIANE, à genoux.
Mon père, au nom du Ciel, qui connaît ma douleur,
Et par tout ce qui peut émouvoir votre cœur,
Relâchez-vous un peu des droits de la naissance,
Et dispensez mes vœux de cette obéissance.
Ne me réduisez point, par cette dure loi,
Jusqu'à me plaindre au Ciel de ce que je vous doi:
Et cette vie, hélas! que vous m'avez donnée,
Ne me la rendez pas, mon père, infortunée.
Si contre un doux espoir que j'avais pu former,
Vous me défendez d'être à ce que j'ose aimer;
Au moins, par vos bontés, qu'à vos genoux j'implore,
Sauvez-moi du tourment d'être à ce que j'abhorre;
Et ne me portez point à quelque désespoir,
En vous servant, sur moi, de tout votre pouvoir."
Le Tartuffe, IV, 3 (v. 1277-1291)

Le monologue de Mariane obéit à la même recherche de pathétique celui de son homonyme dans L'Avare, qui déplore "le supplice où l'on veut l'attacher".




Sommaire | Index | Accès rédacteurs