[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Mettons donc sans façon

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Mettons donc sans façon


"Mettons donc sans façons."
L'Ecole des femmes, III, 4 (v. 852)

Antoine Courtin consacre un chapitre de son Nouveau Traité de civilité (1671) à l'usage du chapeau dans les cérémonies de politesse :

Il y en a même qui, ayant appris le raffinement de la civilité dans quelque pays étranger n'osent en compagnie ni se couvrir ni s'asseoir le dos tourné au portrait de quelque personne de qualité éminente.
Il est contre la civilité de dire à une personne au-dessus de vous de se couvrir; mais c'est aussi une incivilité, si vous vous couvrez vous-même, lorsque vous le pouvez faire à l'égard d'un égal ou inférieur, de ne point faire couvrir la personne avec laquelle vous parlez, quand elle serait de beaucoup votre inférieure, si elle n'est pas dans votre dépendance.
[...]Si on ne veut pas user de paroles de commandement comme "couvrez-vous, Monsieur", soyez couvert", on pourrait prendre la circonlocution "Il fait froid ici", ou la familiarité, en disant, par exemple :"Voulez-vous m'en croire, laissons là les façons, couvrons-nous.
(p. 47sq)

Le motif se retrouvera dans Le Mariage forcé ("mettez donc dessus"), Le Médecin malgré lui ("couvrez-vous") et Le Bourgeois gentilhomme ("allons, mettez").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs