[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Malade d'hypocrisie

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Malade d'hypocrisie


"Alle est malade d'hypocrisie, Monsieu. - D'hypocrisie? - Oui, c'est-à-dire qu'alle est enflée par tout, et l'an dit que c'est quantité de sériosités qu'alle a dans le corps, et que son foie, son ventre, ou sa rate, comme vous voudrais l'appeler, au glieu de faire du sang, ne fait plus que de l'iau. Alle a de deux jours l'un, la fièvre quotiguenne avec des lassitules et des douleurs dans les mufles des jambes. On entend dans sa gorge, des fleumes qui sont tout prêts à l'étouffer. [...] Vous dites que votre mère est malade d'hydropisie, qu'elle est enflée par tout le corps, qu'elle a la fièvre, avec des douleurs dans les jambes ?"
Le Médecin malgré lui, III, 2

Un quiproquo semblable est narré dans la dixième des Serées (1584) de Guillaume Bouchet, intitulée "Des médecins et de la médecine" :

Ce serviteur montra de l'urine de son maître à ce médecin, lequel l'ayant bien spéculée, tournée et virée, avec des interrogations qu'il avait faites à ce valet de la maladie de son maître, va dire à celui qui avait apporté l'urine : "Mon ami, dites à votre maître qu'il est tout plein de flume, qu'il est étique, et que, s'il ne prend pas garde à lui, il s'en va hydropique". Le serviteur, étant de retour dans la chambre de son maître, où j'étais, va dire : "Monsieur, le médecin va dire que vous êtes plein de plume, que vous êtes hérétique, et que, si vous n'y remédiez, vous en allez être hypocrite."
(éd. C. E. Roybet, Paris, Lemerre, 1873, p. 220)

La maladie d'"hydropisie" fait l'objet d'une chanson recueillie dans La Comédie de chansons (1640), p. 98.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs