Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Les inclinations naissantes


"Les inclinations naissantes après tout, ont des charmes inexplicables."
Don Juan ou le Festin de pierre, I, 2

La même appréciation est formulée

J’avoue que le plaisir de faire une nouvelle amitié, est à mon sens le plus grand de tous les plaisirs du monde : premièrement il donne plus d’enjouement qu’on en a d’ordinaire, car le désir de plaire aux gens dont on n’est pas bien connu, échauffe si fort l’imagination, qu’on en pense de plus galantes choses ; on les exprime avec plus de facilité ; et comme la nouveauté est une beauté particulière qui donne du lustre à toutes les autres, les nouvelles connaissances nous semblent toujours être parfaites ; et la passion qu’on a de leur paraître semblables, fait qu’on se surpasse soi-même pour leur plaire. Au reste quand il n’y aurait point d’autre raison pour faire chérir les nouvelles amitiés, que le désir d’avoir une occupation, ne serait-elle pas assez forte pour les autoriser ; car ne faut-il pas avouer que ce sont les plus plaisantes affaires qu’on puisse avoir ? On invente mille plaisirs pour voir auxquels de tous une personne à qui l’on veut plaire sera la plus sensible ; on observe ses moindres gestes et ses moindres paroles ; et ce que je trouve d’admirable, c’est que tel n’a jamais su ce que c’est que de physionomie, qui croit cependant pénétrer jusque dans les plus secrets sentiments du cœur d’une personne qui n’a jamais laissé connaître ses moindres pensées.
(III, p. 240-242)

Quelle différence des dégoûts de votre attachement à la délicatesse d'une passion naissante ? Dans une passion nouvelle vous trouverez toutes les heures délicieuses : les jours se passent à sentir de moment en moment qu'on aime mieux. Dans une vieille habitude le temps se consume envieusement à aimer moins.
(éd. des Oeuvres mêlées de 1706, t. I, p. 110)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs