[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Les femmes sont des animaux d'un naturel bizarre

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Les femmes sont des animaux d'un naturel bizarre


"Les femmes sont des animaux d'un naturel bizarre ; nous les gâtons par nos douceurs ; et je crois tout de bon que nous les verrions nous courir, sans tous ces respects et ces soumissions où les hommes les acoquinent."
La Princesse d'Elide, III, 2

L'assimilation de la femme à un animal est un des lieux communs de l'humour misogyne, très en vogue dans les années 1650-1660. Molière l'avait déjà exploité dans le Dépit amoureux ("un certain animal", "de qui la nature est fort encline au mal"), et L'Ecole des femmes ("il n'est rien de plus faible et de plus imbécile"). Il y était également fait allusion dans La Critique de l'Ecole des femmes (scène 6 : "[…] Pour moi je vous avoue que je suis dans une colère épouvantable, de voir que cet auteur impertinent nous appelle des animaux.")




Sommaire | Index | Accès rédacteurs