[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > La mort est un remède

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

La mort est un remède


"Ha ! pour cela toujours il est assez bonne heure :
La mort est un remède à trouver quand on veut,
Et l'on s'en doit servir le plus tard que l'on peut."
Dépit amoureux, IV, 1 (v. 1178-1180)

La même sagesse est énoncée par Sganarelle à la scène 4 du Cocu imaginaire ("tant que dans celui-ci l'on peut être de mise").

L'idée est formulée dans le roman libertin L'Heure du berger (1662) de Claude Le Petit :

La mort est une privation qui n'est rien, et quoique je fasse différence entre la dignité et l'espèce, j'estime sans comparaison plus un chien vivant qu'un satrape mort ; la plus belle est celle qui vient la plus tard ; comme il y a des brutaux et des désespérés qui l'aiment et qui la cherchent, il est des vertueux et des sages qui la fuient et qui la haïssent.
(éd. de 1862, p. 14).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs