[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > La douceur de sa voix

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

La douceur de sa voix


"Ah! Moron, je te l'avoue, j'ai été enchanté, et jamais tant de charmes n'ont frappé tout ensemble mes yeux et mes oreilles. Elle est adorable en tout temps, il est vrai : mais ce moment l'a emporté sur tous les autres, et des grâces nouvelles ont redoublé l'éclat de ses beautés. Jamais son visage ne s'est paré de plus vives couleurs, ni ses yeux ne se sont armés de traits plus vifs et plus perçants. La douceur de sa voix a voulu se faire paraître dans un air tout charmant qu'elle a daigné chanter, et les sons merveilleux qu'elle formait passaient jusqu'au fond de mon âme, et tenaient tous mes sens dans un ravissement à ne pouvoir en revenir."
La Princesse d'Elide, III, 2

Le thème du "charme de la voix" se trouvait également, formulé dans des termes proches,

  • dans le livre 6 du Grand Cyrus (1652) des Scudéry, dans lequel Timante tombait amoureux de Parthénie en entendant sa voix (1),
  • dans Le Charme de la voix (1658) de Thomas Corneille, où le duc était séduit, lui aussi, par la voix de la jeune Félise (2).

Il fait l'objet de diverses maximes d'amour (3).


(1)

tout d'un coup il entendit une femme qui chantait, et qui chantait fort agréablement. De sorte que se taisant, et marchant vers la voix qu'ils entendaient, ils firent enfin si bien, qu'il ne pouvait y avoir qu'une palissade entre eux et celle qui chantait : mais elle était si épaisse et si pressée, qu'ils ne pouvaient trouver moyen de voir celle qu'ils entendaient [...] : si bien que ne pouvant du moins pas s'empêcher de louer une personne qui chantait si agréablement [...] [Timante] commença de s'écrier avec un ton de voix d'admiration, aussitôt qu'elle eut cessé de chanter ; Ha Antimaque, que notre égarement est heureux ! pourvu que nous n'ayons pas sur la terre, le destin qu'eût Ulysse sur la mer : et que la belle voix que nous entendons, ne nous ait pas attirés pour nous perdre.
(Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, VI, 1, p. 3621-3622 [p. 131-132 dans l'édition de 1656])

Ha Madame, (interrompit Timante [...]) [...] je cherche par où je pourrais aller au lieu où vous êtes : afin de connaître si vous avez autant de douceur dans les yeux que dans la voix.
(Ibid., p. 3624-3625)

il [Timante] la distingua [la voix de Parthénie] de toutes les autres, et la reconnut. Il est vrai que comme Parthénie le touchait, il reçut les premiers sons de sa voix tout purs, sans être mêlés à ceux des autres ; et comme elle l'a sans doute fort belle : et qu'elle y a même quelque chose de fort particulier et de fort éclatant, quoi qu'elle l'ait toutefois fort douce ; cette agréable voix ne frappa pas plutôt les oreilles de Timante, qu'elle toucha son coeur.
(Ibid., p. 3647-3648)

--

(2)

Jamais, s'il l'en faut croire, une si vive flamme
Avec tant de respect ne s'empara d'une âme
Ce que lui peint de moi la douceur de ma voix
Par un charme inconnu l'asservit à mes lois,
Et le rare tableau qu'en lui-même il s'en trace
Ne souffre dans son coeur aucun trait qu'il n'efface.
(Le Charme de la voix, I, 1, p. 412)

Mais cette belle voix dont les divins accents
M'ont enchanté l'oreille et captivé les sens [...].
(Ibid., II, 2)

--

(3)

La voix et le chant d’une belle personne chassent les chagrins et rétablissent le calme dans les cœurs.
(Maximes d’amour, Paris, C. Barbin, 1666, p. 28)

Les charmes de la voix donnent de l’amour.
(Ibid.)

L’amour a mis des puissants charmes dans la voix d’une belle.
(Ibid.)

On ne peut résister à une femme qui a les charmes de la voix et de la beauté.
(Ibid., p. 29)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs