[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > La colère d'un médecin

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

La colère d'un médecin


"mais prépare-toi désormais à vivre dans un grand respect avec un homme de ma conséquence, et songe que la colère d'un médecin est plus à craindre qu'on ne peut croire."
Le Médecin malgré lui, III, 11

La colère du médecin évoque le courroux divin (voir "attirer sa colère" et "on nous fait tant de peur") auquel de nombreux textes contemporains font allusion. Ainsi

  • l' Éloge des évêques (1665), d'Antoine Godeau :
craignant que par sa négligence, son peuple vînt à provoquer de nouveau la colère de Dieu [...]
( p. 642)

  • la Logique de Port-Royal (1662) :
il est dit que la colère de Dieu est réservée à tous ceux qui vivent mal
(p. 331)

  • le Sermon sur la passion de Notre-Seigneur (Carême du Louvre) (1662) de Bossuet :
Nous avons délaissé le dieu vivant, et il est juste qu'il nous délaisse par un sentiment de dédain, par un sentiment de colère, par un sentiment de justice [...]. Créature folle et fragile, pourras-tu supporter le dédain d' un dieu, et la colère d' un dieu, et la justice d' un dieu ?
(p. 386)

  • les Pensées (1662) de Pascal :
Mais pour vous, vous ne faites qu'embraser la colère de Dieu sur vous, vous marchez sur les brasiers et entre les flammes que vous-mêmes avez allumées.
(726, p. 349)

  • les Entretiens solitaires (1660) de Georges de Brébeuf :
    • Chapitre 7 :

Tout mon partage est la misère,
Si vous ne vous montrez prompt à me secourir,
Si vous ne m'instruisez à fléchir la colère
D'un dieu qui m'a fait naître et que j'ai fait mourir.
(p. 53)

    • Chapitre 21 :

il n' y a rien qui nous puisse servir d' asile contre la colère de Dieu.
(p. 149)

    • Chapitre 24 :

Cette frayeur servile a de faibles attraits,
Pour désarmer d'un dieu la haine ou la colère
(p. 183)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs