[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > La bonne façon d'en juger

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

La bonne façon d'en juger


"les autres en jugent par la bonne façon d'en juger, qui est de se laisser prendre aux choses, et de n'avoir ni prévention aveugle, ni complaisance affectée, ni délicatesse ridicule."
La Critique de L'Ecole des femmes, sc. V

Dans ses Remarques sur la tragédie de Sophonisbe (1663), d'Aubignac faisait de la réaction naturelle du public le critère de qualité d'une pièce :

Durant tout ce spectacle, le théâtre n’éclata que quatre ou cinq fois au plus, et […] en tout le reste il demeura froid et sans émotion ; car c’est une preuve infaillible que les affaires de la scène languissent. Le peuple est le premier juge de ces ouvrages : ce n’est pas que je les commette au mauvais sentiment des courtauts de boutique et des laquais, j’entends par le peuple cet amas d’honnêtes gens qui s’en divertissent et qui ne manquent ni de lumières naturelles, ni d’inclinations à la vertu, pour être touchés des beaux éclairs de la poésie et des bonnes moralités ; car bien qu’ils ne soient peut-être pas tous instruits en la délicatesse du théâtre, pour savoir les raisons du bien et du mal qu’ils y trouvent, ils ne laissent pas de le sentir : ils ne connaissent pas pourquoi les choses sont telles qu’ils les sentent ; mais ils ne laissent pas d’avoir dans les oreilles et dans le fonds de l’âme un tribunal secret qui ne se peut tromper, et devant lequel rien ne se déguise. Je sais bien qu’il s’y peut rencontrer des gens intéressés par affection ou par envie ; mais ils sont toujours en petit nombre, et je n’ai jamais vu qu’ils l’aient emporté sur les acclamations publiques ; et ce que je vous écris de cette nouvelle pièce, c’est ce que j’ai vu dans la contenance des spectateurs, dans leur bouche, dans leur approbation, et dans leur dégoût.
(Remarques sur la tragédie de Sophonisbe, Paris, Sercy, 1663 [permission datée du 8 février], p. 5-7)

Cette réaction, fondée avant tout sur le sens commun ("du sens commun") et le bon sens ("je suis pour le bon sens"), s'oppose à l'approche trop théorique du spectacle, dont la rigidité sera critiquée à la scène suivante ("sans le secours d'Horace et d'Aristote").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs