[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Je vous ferai punir

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Je vous ferai punir


"Ah traître, je vous ferai punir par la justice.
- Ah par ma fi, Monsieu le Médecin, vous serez pendu, ne bougez de là seulement."
Le Médecin malgré lui, III, 8

Dans sa "Lettre du 30 novembre 1669", Robinet raconte la mésaventure d'un faux médecin :

Un Suppôt du sieur Hippocrate,
Lequel s’éparpillait la rate
A fourrager, en franc Gaillard,
Les Femmes du Tiers et du Quart,
Voulait ajouter sur la Liste
L’Épouse aussi d’un Étuviste,
À ce que l’on dit, son Voisin
Et mêmes un peu son Cousin.

L’Étuviste, instruit de sa flamme
Pour sa propre et fidèle Femme,
Pour s’en venger, médite un tour
Qu’il met incontinent au jour.

Sur une feinte maladie,
À l’aller voir il le convie,
Et lui, donnant et bien et beau
Aveuglement dans le panneau,
Ravi d’une occasion telle
De rendre visite à la Belle,
Il y va, lui tâte le pouls,
Qu’il avait ému de courroux,
Et, sans connaissance de cause
(Ô combien, AB HOC et AB HAC,
Et la Saignée et le Micmac,
Nommé vulgairement Clystère,
Qui, suivant l’usage ordinaire
De la savante Faculté,
Est le grand Remède usité,
Comme on sait, en toute occurrence.

Après cette docte Ordonnance,
Le Baigneur prend aussi la main
À son habile Médecin,
Et lui tâtant le pouls de même :
« Dieu ! quelle émotion extrême !
» Que votre pouls est élevé !
» Voilà ce que j’avais rêvé, »
Lui dit-il, « que certaine fièvre
» Dans votre sang faisait la mièvre.
» Monsieur, vous êtes, bonne foi,
» Un peu plus malade que moi,
» Et je crois mêmes mieux connaître
» (Quoi qu’en science un moins grand maître)
» Votre grief, que vous le mien.
» La cause, si j’en juge bien,
» Procède d’amoureuse flamme
» Dont vous brûlez pour une Dame,
» Qui, vieillissant dans votre cœur,
» Or, touché de votre Aventure,
» De votre mal je fais la cure
» Avant que vous sortiez d’ici. »

Le MEDICUS, de peur transi,
Prévoyant ce que voulait dire
Par tel discours le jaloux Sire,
Ne sachant que lui répartir,
Essaya, plein de repentir,
De gagner promptement la porte ;
Mais, comme la chose on rapporte,
Des Rustres qu’on tenait là prêts,
Avecque des Houssoirs tous frais,
Pensant se sauver, l’arrêtèrent
Et de tous leurs bras l’étrillèrent,
Avec un tel heureux Succès,
Que de son amoureux Accès
Il fut guéri, comme on peut croire.
Mais voici le bon de l’Histoire :
Il fait assigner le Baigneur
En Réparation d’Honneur,
Soutient que le Cas est inique
Et fait contre la Foi publique,
Et veut qu’en la Cause, dit-on,
Il se fasse Intervention
De toute la fameuse École, [L’École des Médecins.]
Ce qui, certes, fournit un Rôle
Assez plaisant et jovial
Pour la Cause du Carnaval.

Mais après cette Historiette,
Parlons d’autres choses Musettes.

Voir aussi "par un enlèvement".




Sommaire | Index | Accès rédacteurs