[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Je vais composer contre eux une satire

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Je vais composer contre eux une satire


"Ah ! Monsieur, je suis fâché des coups qu’ils vous ont donnés. - Cela n’est rien. Un philosophe sait recevoir comme il faut les choses, et je vais composer contre eux une satire du style de Juvénal, qui les déchirera de la belle façon. "
Le Bourgeois gentilhomme, II, 4

Le comportement vindicatif et hargneux du maître de philosophie correspond à un travers que La Mothe le Vayer dénonce à plusieurs reprises chez les gens de lettres, par exemple dans les Observations diverses sur la composition et sur la lecture des livres (1668) :

En effet, ce n'est pas seulement un défaut des Grecs de payer d'injures lorsqu'ils manquent de bonne réponse, comme Cicéron le leur reproche ; c'est le vice de la plupart des savants latins et de plusieurs autres qu'il faut autant qu'on peut éviter [...] Certes l'on peut soutenir avec Lancelot de Pérouge que l'artillerie guerrière n'est pas si à craindre que celle des livres qu'il appelle artigliaria litteraria et impressoria, quand on se met à diffamer ceux à qui l'on en veut par des satires injurieuses.
(éd. des Oeuvres de 1756, II, 1, p. 339)

Des personnages du Mariage forcé ("je crèverais plutôt") et des Femmes savantes ("je te défie") étaient sujets aux mêmes travers.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs