[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Je suis obligé de donner à souper

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Je suis obligé de donner à souper


"C'est que je suis obligé, Frosine, de donner à souper au seigneur Anselme; et je serai bien aise qu'elle soit du régale."
L'Avare, II, 5

Le refus de l'invitation de convives fait partie des préceptes de l'avarice qui sont enseignés dans un des recueils de la littérature facétieuse de la lésine:

Che niuno mai faccia banchetti,stravizzi, o raduini a casa sua, e massimamente a sue spese, perche non u'è alcun guadagno, ma vada a farle a casa altrui, o stiasi alla sua con quella masseritia, e parsimonia, che si ricerca a chi è descritto in questa lodevolissima fratellanza: Iuxta illud. Utile perinutile non vitiatur.
("Non far banchetti", le quatrième des "capitoli de la lesina", Della famosissima compagnia de la lesina, p. 28.)

Il nostro primo ricordo sarà, che niu. no di qual si voglia grado, dignità, e conditione ardisca di valersi di privilegio veruno conceduto, o da occasione di nozze, o d'accarezzar amici, o parenti, ma con poca giunta si sbrighi con dire, che tratta qllq domestica, accioche si possa tornarvi, perche le spesacce danno li enza, e sono suodi proposito; e son opere d'animo vano; e le feste non son godute da chi le fà; i conviti sono bagatelle scioc, e impertinenze e'l fatto del mangiare si riduce a una generalissima propositione, e verissima, la qual è, che colui, ch'è invitato a pranso, o hà appetito, o no; se l'hà; ogni cosa li gusta, perché, optimum condimentum fames; onde Hippolito appresso Euripide dice, ch'a chi torna dalla caccia, le tavole ben proviste riescono grate, e gioconde; e se non hà appetito, non è cibo tanto isquisito, e lauto, e che possa piacerli. E pero saviamente Socrate rispose all ambitiosa moglie, che le riprendeva, perche havendo invitato a desinar seco, non provede niente di straordinario, taci disse, che s'egli è vero amico, si contentera di quel, che glidaremo, e se non è amico siam fuora d'obligo; documento raro per chi studia nella Lesina.
("Dell'accarezzare o ricover gli amici" ("Ricordi del filocerdio", I, p. 134)

Traduction française:

Notre premier avis sera, qu'aucun de quel état et condition qu'il soit, ne s'ingère de se prévaloir d'aucun privilège et immunité concédée en faveur, soit ou bien de noces, ou bien de caresses, et festoyer les parents et amis, mais qu'il observe toujours cette règle, que sans excéder un point de son ordinaire, il applique galamment la pointe de la Lésine, et pour couvrir la prévoyance, qu'il allègue aux invités, que la bonne chère qu'il leur fait, est un traitement d'ami afin que par ce moyen il fasse qu'ils aient sujet de prendre un honnête congé: car toutes ces grosses dépenses introduisent la licence, et sont du tout hors de propos, et appartiennent justement à un homme rempli de vanité: voir la Compagnie avise que ceux qui font les fêtes n'en jouissent point [...] Tous ces banquets doncques sont proprement des bagatelles, sottises, et impertinences. Enfin que le fait du manger soit réduit à cette générale et véritable proposition, qui est, que celui qui est invité, ou il a appétit ou non: s'il a de l'appétit, il trouve tout bon: car, optimum condimentum est fames: (De là vient qu'Hypolite dit dans Euripide, qu'au chasseur revenant de la chasse, une table bien pourvue lui est agréable) que s'il n'en a point, il n'y a mets tant exquis et viande tant exquise, qui lui agrée.
C'est pourquoi Socrate répondit sagement à sa femme ambitieuse, de ce qu'ayant invité un sien ami à dîner quant à soi, néanmoins il ne pourvoyait aucunement le maison d'autre chose que de l'ordinaire. Taisez-vous (dit-il) caqueteuse, car si celui que nous avons invité, est vrai ami, il se contentera de ce que nous lui donnerons à manger: que si au contraire il ne l'est pas, nous ne sommes point obligés de le faire. Voilà un rare enseignement pour ceux qui étudient en Lésine.
(La Fameuse Compagnie de la Lésine , 1604, p. 316-317)

Certains moyens de se soustraire à cette obligation sont décrits dans les "Ricordi del filocerdio", contenus dans le même recueil :

Per non tenere alcuno a pranzo teco, e con tutto cio farti honore di bocca, dirai, che se non havessi a desinare con uno amico, che voresti, che quel tale facesse teco un poco penitenza: ma ch'un altra volta lo vorrai, laqual altra volta poi non fi sa mai trovare, cosi appunto come i Matematici non sano trovare la quadratura del circulo. Con un'altro ti servirai dello stile ordinario, che è hora che vada à pranzo: à un 'altro, che tu sappia, che habbia pranzato dirai, che se non havessi desinato l'havresti convitato [...]
("Ricordo XLII", p. 174-175)

Article 5
De ne faire point de banquet
D'abondant que l'on se garde bien [...] de faire aucun banquet, collation, ripaille, ni buvette, quelle que soit dans sa maison, et surtout à ses dépens: d'autant en quelque manière que l'on fasse tels gaudiamus, aucun profit n'en revient aucunement. Que si l'on veut réjouir en telles assemblées, qu'on les ailles faire au logis d'un autre [...]
(La Fameuse compagnie de la lésine, Paris, A. Saugrain, 1604, p. 28.)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs