[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Je les ai lues autant qu'un autre

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Je les ai lues autant qu'un autre


"Je soutiens qu'elle ne pèche contre aucune des règles dont vous parlez. Je les ai lues, Dieu merci, autant qu'un autre."
La Critique de L'Ecole des femmes, sc. VI

La formule de Dorante fait écho à un passage de l'Arte nuevo de hacer comedias (1609) de Lope de Vega :

No porque yo ignorase los preceptos,
Gracias a dios, que ya tiron gramatico
Pasé los libros que trataban desto
(v. 17-19)

Il est fait référence aux principes énoncés au sein de ce traité dans le Panégyrique de l'Ecole des femmes :

Je voudrais bien savoir à quoi servent des règles qui ne sont connues que de ceux qui ont lu Aristote, et qui ne contribuent point au plaisir que tout un Peuple attend de la Comédie, puisqu’on voit que toutes les Pièces les plus régulières, sont celles qui en produisent bien souvent le moins. Aussi ai-je à vous dire que notre Aristote a pu se tromper dans ses Observations : et qu’on peut être aussi hardi qu’un Auteur Espagnol qui s’en est moqué.
(p. 60)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs