[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ivrogne

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Ivrogne


"- Et tu prétends ivrogne, que les choses aillent toujours de même ?
- Ma femme, allons tout doucement, s'il vous plaît."
Le Médecin malgré lui, I, 1

Le motif de la querelle de ménage provoquée par l'ivrognerie de l'époux (voir aussi "aller ivrogner toute la nuit") nourrit

  • l'ouverture de la seconde farce tabarinique de l'Inventaire universel des oeuvres de Tabarin, rééditée dans les Oeuvres en 1664 (1) (voir aussi "c'est vivre de ménage")
  • plusieurs histoires plaisantes dans les années 1650-1660 (2) (voir aussi "en se querellant").

Ce motif est souvent associé à celui du jeu ("ne fait que jouer").


(1)

FRANCISQUINE :
C'est une chose misérable d'être mariée aujourd'hui à des ivrognes et à des gens qui n'ont d'autre soin que de la cuisine ! Il y a quelque temps que je suis jointe par mariage à Tabarin, et il est toujours aux cabarets.

TABARIN :
Est-ce de moi que tu parles ? Par la mort diable, regarde ce que tu dis ; car si tu me fâches, je me jetterai sur ta fripperie et n'en bougerai de trois heures. Tu m'appelles ivrogne ! Y a-t-il homme qui vive plus de ménage que moi ?

FRANCISQUINE :
Vraiment oui, vous vivez de ménage : toute notre vaisselle est engagée. Maudite soit l'heure que je vous vis jamais !

(Seconde farce tabarinique, éd. de 1858, p. 148)

(2)

Plaisant trait qu’un ivrogne fit à sa femme

Un ivrogne étant journellement tourmenté de sa femme, quand il revenait le soir plein de vin. Parfois elle lui disait, vilain débauché, feras-tu toujours cette vie, tu sens en telle sorte le vin qu’il n’y a pas moyen de supporter ta puanteur …
(Le Courrier facétieux, ou recueil des meilleures rencontres de ce temps, Lyon, Claude de la Rivière, 1650, p. 36)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs