[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Habit

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Habit


"Tout ce que je souhaiterais, serait de savoir cinq ou six grands mots de médecine, pour parer mon discours, et me donner l'air d'habile homme.- Allez, allez, tout cela n'est pas nécessaire. Il suffit de l'habit: et je n'en sais pas plus que vous."
Le Médecin malgré lui, III, 1

"En recevant la robe et le bonnet de médecin, vous apprendrez tout cela, et vous serez après plus habile que vous ne voudrez.- Quoi? l'on sait discourir sur les maladies quand on a cet habit-là? - Oui. L'on n'a qu'à parler; avec une robe, et un bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison.- Tenez, Monsieur, quand il n'y aurait que votre barbe, c'est déjà beaucoup, et la barbe fait plus de la moitié d'un médecin."
Le Malade imaginaire, III, 14

"C'est l'habit d'un vieux médecin qui a été laissé en gage au lieu où je l'ai pris, et il m'en a coûté de l'argent pour l'avoir. Mais savez-vous, Monsieur, que cet habit me met déjà en considération? que je suis salué des gens que je rencontre, et que l'on me vient consulter ainsi qu'un habile homme?"
Don Juan ou le Festin de pierre, III, 1

L'"erreur populaire" qui consiste à se fier à l'habit pour accorder du crédit à la personne est mise en cause dans le "petit traité" "Des habits et de leurs modes différentes" (Opuscules ou Petits Traités, 1644) de La Mothe le Vayer :

Il n'y a rien de plus trompeur que les jugements qui se font sur l'apparence extérieure des hommes, selon qu'ils sont bien ou mal vêtus. C'est pour cela qu'on a dit que barbe et long manteau ne faisaient pas le philosophe, ni l'habit le moine.
[...]
Cette erreur populaire m'a tenu longtemps de n'estimer ceux que je voyais la première fois qu'autant qu'ils me paraissaient bien mis, comme l'on parle et en bonne conche. Et parce que j'étais tous les jours trompé là-dessus, je me résolus de tenir un procédé tout contraire, qui fut de me défier de l'esprit de ceux-là et de bien penser des autres, qui par négligence ou autrement n'étaient pas si bien couverts ni en si bon ordre.
(éd. des Oeuvres de 1756, II, 2, p. 92-96)

Elle est également dénoncée dans les Pensées de Pascal :

Nos magistrats ont bien connu ce mystère. Leurs robes rouges, leurs hermines, dont ils s'emmaillottent en chats fourrés, les palais où ils jugent, les fleurs de lis, tout cet appareil auguste était fort nécessaire ; et si les médecins n'avaient des soutanes et des mules, et que les docteurs n'eussent des bonnets carrés et des robes trop amples de quatre parties, jamais ils n'auraient dupé le monde, qui ne peut résister à cette montre si authentique.
(fragment 78)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs