[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Gâter un homme sans qu'il en coûte rien

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Gâter un homme sans qu'il en coûte rien


"Je trouve que c'est le métier le meilleur de tous: car soit qu'on fasse bien, ou soit qu'on fasse mal, on est toujours payé de même sorte. La méchante besogne ne retombe jamais sur notre dos: et nous taillons, comme il nous plaît, sur l'étoffe où nous travaillons. Un cordonnier en faisant des souliers, ne saurait gâter un morceau de cuir, qu'il n'en paye les pots cassés: mais ici, l'on peut gâter un homme sans, qu'il en coûte rien. Les bévues ne sont point pour nous: et c'est toujours, la faute de celui qui meurt."
Le Médecin malgré lui, III, 1

La possibilité de tuer impunément ("occidendi impune") sans encourir de représailles de la part des victimes ("ceux qui sont morts sont morts") est un lieu commun de la satire anti-médicale.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs