[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Cette perte m'est très sensible

Content-Type: text/html; charset=UTF-8

Cette perte m'est très sensible


"Elle est morte, Monsieur mon ami. Cette perte m'est très sensible, et je ne puis m'en ressouvenir sans pleurer."
L'Amour médecin, I, 1

Dans le dialogue comique La Querelle de Tabarin et de Francisquine (1621), Tabarin avait lui aussi la "larme à l'oeil" en se remémorant sa première femme disparue :

Hé ! de par Dieu, je sais trop bien qu'en vaut l'aune, en l'année mille six cent quinze, pour avoir découché d'auprès des côtes de la feue bragardissime Culotte, ma première femme : de quoi je ne saurais parler que je n'aie la larme à l'oeil, car je vous assure que je l'aimais plus qu'une truie ne fait la merde.
(p. 403)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs